Un mot du Président – 17/03/17


Ce mot c’est « merci »! Ma blonde m’a dit de faire court, je tenterai de faire court! Une petite vite comme on dit, hé… hé… hé…

Quand j’étais jeune, j’ai eu la chance de grandir dans une maison remplie d’amour et de support. Si mon grand frère Jonathan n’avait pas tripé sur le Monde Magique Futur, il n’aurait pas joué le personnage de Sios Sequest, il n’aurait pas écrit le manuel du joueur pour le jeu de rôle, et moi, je n’aurais pas écrit la série Le Dernier des Immortels. C’est pas un grand frère que j’ai, c’est un sac sans fond à soutien. Heureusement que j’ai eu du soutien parce que, enfant, j’avais de gros problèmes.

Tsé le kid qui lance des chaises dans classe, des billes dans cour d’école et qui pleure en écrivant des poèmes d’amour, c’était moi. Et pourtant, mes parents ne se sont pas découragés, loin de là. J’ignore comment ils ont fait. L’amour, chez nous, elle est forte en titi.

Je crois être le seul auteur au monde qui a fondé une maison d’édition avec son père et sa marraine, et qui a fait les salons du livre avec sa mère. Oui, avec sa mère! Stéphanie, Marc, Jonathan et Catherine ce ne sont pas seulement ma marraine, mon père, mon frère et ma mère, ce sont aussi les cofondateurs de la SMF, les piliers de mes rêves et surtout, quatre humains extraordinaires.

En 2014, je me sentais mieux, alors j’ai déménagé à Montréal avec Cœur de Lion, Antoine, mon boy. Habiter avec moi, c’est un peu comme habiter avec un T-Rex en peine d’amour, ça fait pas toujours du sens. Je sais plus combien de jours de congé, Antoine a pris, pour m’accompagner, faire des projets ou juste, être là, parce que je déprimais. Antoine m’écoutait me lamenter en me disant que ça irait bien. Parallèlement, nous faisions des blogs sur l’ancien site, lui écrivait Je décolle et moi, Un blog de merde.

Un jour, mon Antoine, tanné du vieux site, est sorti de la salle de bain en criant : « Sam, je vais refaire le site de la SMF! » Je n’avais pas un sou pour le payer, il a dit « pas grave » et il l’a fait. Ça aura pris un an, 43 brosses, 1 break-down et 20 coups de pouce, mais il l’a fait. Pourtant, Bertille nous l’avait dit : « Putain, les mecs (elle est Française, faut imaginer l’accent), va falloir que vous vous y mettiez parce que faire un site, c’est pas faf. »

Pis, Bertille, quand elle voyait Antoine bloquer, elle l’aidait. Juste comme ça, parce que Bertille a un grand cœur. Bertille et Antoine ont passé des dizaines d’heures et une nuit blanche, à faire ce site sans rien me demander en retour. Il y a Mélanie qui révise, corrige et commente les textes des blogueurs depuis plus d’un an et qui fait un magnifique travail ! Tu ouvres ton texte, s’il y a du rouge et mille commentaires dans la marge, c’est que Mélanie a pris ton billet en charge, et du coup, tu te sens rassuré.

Je suis plein de reconnaissance et de gratitude. Je réalise tout le support et l’amour que je reçois et je me dis que c’est presque injuste. Je me demande souvent pourquoi je reçois tout ça et je remercie l’univers en me disant que je suis privilégié.

En échange, je vous promets d’essayer de faire le bien autour de moi. J’en dois une coupe à ben du monde. Une tournée générale. Un voilier à ma mère et un gros merci, à vous tous.

Société MF

Bertille Giacomoni, Concept Artist

Samuel Bricault, Président SMF