–Espace d’Imagination – Le Voyage de la Fée épisode 3 – 15/04/18


Le Voyage de la Fée – III – La venue des Géants

Véagavel, Mère du Royaume du Lac de la Lune, avait épousé Nadabiol des Champs Bleus. Ensemble, elles avaient engendré deux enfants d’une beauté incomparable. Une grande ère de paix s’était installée chez les royaumes féériques. Vangral et Faravol, les frères cadets de Véagavel, n’approuvaient pas que le Coffre demeurât en vue sur le Carrefour, mais pour l’ore ils gardaient leur mécontentement en eux-mêmes.

Et voilà que les prédictions d’Isilia Mère des Fées, émisent depuis très longtemps déjà, vinrent à s’accomplir enfin. Car de l’Ouest apparut le Peuple dont elle avait chanté l’arrivée : des gens de hautes statures, et forts, aux traits saillants mais élégants, rappelant effectivement les qualités de Darnivel le Gardien. Les Fées les nommèrent Iman, les Géants.

Ils vinrent dans le Bras de Terre qui reliait les deux Continents. Ils s’établirent dans les Dalagoral, les Cavernes aux Étoiles, sous la plus haute montagne des Montagnes Bleues. Oktor était leur chef ; c’était lui qui avait conduit les siens, depuis le Continent de l’Ouest, jusqu’au centre du Bras de Terre où s’étaient établis les trois Enfants d’Isilia. Il fit tailler un siège massif qu’il disposa dans la plus vaste salle des Cavernes, et à partir de ce temps son peuple le considéra comme son Premier Seigneur.

Les Fées observèrent les Géants, mais sans se révéler à eux, ne sachant trop comment approcher ce peuple si différent de caractère et qui, en outre, ne partageait point leur langue. Mais le destin voulut que Kolo, le fils d’Oktor, vînt à elles en premier. Il avait entrepris un voyage pour connaître les terres au-delà de la région des Cavernes. Il tomba de façon imprévu sur le Bosquet, où vivait Dalial, et il fut reçu cordialement par les Fées. Il fut instruit de leur langue, de certaines de leurs coutumes et de leur histoire. Là naquit une grande amitié entre Dalial et lui.

Kolo revint aux Cavernes mais, peu après, il les quitta et fonda le Royaume des Monts Solidaires, sur le Plateau, entre les Cavernes et le Bosquet. Puisque, désormais, Fées et Géants partageaient étroitement une même région de l’Agor, on nomma cette région la Diagor, les Deux Royaumes.

Véagavel avait entretenu une correspondance avec Dalial pour demeurer informée de ce long développement. Elle savait que Kolo avait appris la langue des fées durant son séjour au Bosquet, et que Dalial lui avait parlé de maintes choses concernant le peuple féérique : notamment de l’existence de la Merveille des Fées. Kolo avait fait montre d’une grande curiosité à l’égard de celle-ci.

Dans un élan de courage, Véagavel avait envoyé une émissaire à Kolo, l’invitant par là, quand bon lui semblerait, à se présenter au Royaume du Lac et à contempler la Merveille de ses propres yeux. Vangral et Faravol lui avaient vivement reproché une telle imprudence. Le Coffre pouvait très bien générer de l’avidité chez ce peuple dont ils ne connaissaient pas du tout les intentions. Véagavel s’était attendu à de tels reproches de leur part : ceux-ci n’en avaient pas moins ébranlé sa propre confiance.

Sur la grève du Lac, elle réfléchissait à sa dernière décision. Les paroles qu’Isilia avait prononcées juste avant son Repos, au terme de la Quête des Gardiens, résonnaient en elle comme le bris successif des vagues.

« Votre tâche n’est point de vous dresser contre vents et nuages, avait-elle dit. »

Véagavel comprenait par là qu’il lui fallait accueillir l’arrivée des Géants de tout son cœur, et qu’elle avait agi conformément à cela. Pourtant, une tristesse était née en elle, qu’elle ne pouvait ignorer. Car elle se rappelait tout aussi bien le dernier enseignement d’Isilia : le Don que celle-ci avait fait à Darnivel et, dans une plus large mesure, à toute l’Agor. Isilia, en guérissant la mortelle blessure qu’avait subie le Gardien de la Lumière, avait glissé dans un sommeil duquel elle ne reviendrait peut-être jamais ; nul, en tout cas, ne pouvait prédire l’ore de son réveil.

Véagavel commençait à comprendre, en son cœur, que d’une manière ou d’une autre sa propre personne serait intimement liée à ce Don. Déjà elle sentait poindre la lumière de son destin ; mais de ce que cette lumière lui révélerait, elle ne voulut point en hâter la vision, et demeura dans la plus sage des patiences.

 

Image originale de Amélie-Maude Bergeron

Le Voyage de la Fée épisode 1

Le Voyage de la Fée épisode 2

Le Voyage de la Fée épisode 4

Plus de blogs

La Société Magique Futur

Julien Poirier Godon


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “–Espace d’Imagination – Le Voyage de la Fée épisode 3 – 15/04/18