Crise d’ado – Lâche pas, tout ira mieux


26 mai 2016

J’aimerais tellement que tout soit comme avant; J’aimerais par-dessus tout pouvoir me sentir heureuse à nouveau, sans que personne n’essaie de décrocher un petit sourire sur le coin de ma bouche. Je voudrais le faire seule. Sans que j’aille à me forcer pour faire semblant, vous voyez.

Seule comme une grande.

J’aimerais pouvoir me regarder et me dire que tout va bien, que c’est qu’une mauvaise passe. Tout le monde en a, pas vrai? De mauvaises passes, de mauvaises journées, juste des journées qui sont vraiment la dernière chose qui devrait arriver, parce que je n’ai vraiment pas besoin de ça. Pas en ce moment. J’ai besoin de bon timing, de belles rencontres, de belles notes, de bonnes personnes. J’ai besoin de sourires et d’espoir, de joie et  de quelqu’un pour chuchoter au creux de mon oreille: « Lâche pas, tout ira mieux.»

C’est comme une avalanche de choses qu’on n’aime pas entendre, une avalanche de moqueries et de désastres, une avalanche qui t’envahit, carrément. C’est comme un sentiment amer au fond de ton ventre.

Je sais très bien c’qui se passe, c’qui va pas; je me suis encore perdue, perdue en route. Le voyage que j’avais commencé n’a pas abouti. Tout avait pourtant si bien commencé. Perdre le cap, perdre son chemin, avoir égaré la map pour se retrouver, perdre complètement ses sens.

Une tornade qui détruit la pensée, un ouragan qui détruit ma personne. Vouloir être la meilleure, mais tout faire de travers. Vouloir réussir échouer. Essayer tellement fort que ça ne marche pas.  J’essaye fort, mais je me sous-estime. Manque de confiance, manque de quelqu’un pour me la rapporter. Y me manque quelqu’un et cette personne c’est moi autrefois  J’m’ennuie de la personne que j’étais y’a quelques semaines, de la personne que j’étais, qui souriait pour rien, qui était heureuse pour rien. Juste heureuse de la vie. C’est pu comme ça, pis ça  marche pu comme ça.

J’avais un plan : changer la femme que j’étais. Changer ma personnalité, mon caractère. Tout, absolument tout, parce que j’en avais besoin! J’voulais me recréer. Me créer une nouvelle moi. Sans passé douloureux et sans  aucune souffrance. J’pensais pouvoir y arriver, sourire, marcher la tête haute, fière. Je ne suis pas fière, j’pas fière d’avoir échoué. Et, je me repose sans cesse une question, UNE SEULE : qu’est-ce qui s’est passé?

J’voudrais savoir c’qui s’est passé, s’comme une maladie de la vie. Ne pas être fière, ne pas avoir de confiance, ne pas s’aimer pour c’qu’on est. Pour rien du tout, simplement parce que la vie n’est pas comme avant, j’aimerais tellement que tout soit comme avant… C’qui me fait peur, c’est de pas savoir pourquoi je me sens comme ça .De petits démons à l’intérieur de moi peut-être? Ces démons me découragent  en me disant que j’suis bonne à rien. Le pire dans tout ça, c’est que je sais que je ne suis pas la seule à qui ça arrive. On a tous des passes où on se perd un peu, où la vie est juste un tas de mauvaises choses.  C’est dans ces  moments-là qu’on a le plus besoin de gens autour de nous. De gens forts pour nous relever, parce que la chute est dure. Des gens forts pour nous soutenir moralement.

Parfois la vie n’est pas drôle, s’pas un show d’humour où on rit même des blagues pas drôle. Non, parce que les blagues pas drôle nous pettent dans face et on doit vivre avec. Parfois, la vie nous décourage et les moments qui viennent avec son durs, mais c’est dans ces moments-là qu’on voit qui sont les bonnes personnes prêtes à nous accompagner peu importe la situation. Dans ces moments-là qu’on voit à quel point on peut être fort. À quel point on doit se battre pour atteindre nos objectifs. De la persévérance, voila ce que c’est. C’est dans ces moments-là qu’on doit simplement se dire : « Hey, j’dois continuer d’avancer, j’dois pas lâcher, j’dois avoir espoir. »

Dites-le-vous, ça fait du bien. Les pensées positives font du bien, et les gens positifs aussi. C’est dans ces moments-là, qu’on doit se créer de nouveaux objectifs pour sentir que ça peut toujours marcher, d’essayer encore et encore. « Juste pour voir » et les « juste pour voir » finissent en réussites. C’est dans ces moments-là, qu’on doit continuer, réapprendre à marcher, un pas à la fois ; même si on tombe, c’est pas grave, ça arrive. Nous devons simplement trouver quelque chose pour se relever. Quelque chose qui fera en sorte qu’on aura toujours espoir, espoir que tout redeviendra comme j’aimerais, pouvoir sourire normalement et être heureuse

Je ne sais plus qui je suis, qui j’étais et encore moins qui je serai. On verra, peut-être qu’avec le temps, je me retrouverai.

Oui, un jour, tout sera comme cela doit être. Je dois croire en moi car sinon, qui le fera?

Aller de l’avant, vers le futur, simplement continuer d’y croire.

« Si tu cherches quelqu’un qui changera ta vie, regarde-toi dans le miroir. »

                                                                                  -Roman Price

Samuelle Paquette

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *