Journal intime sur le web – Jalouse descente – 31/03/17


Je suis jaloux du succès des gens sur Facebook. Quand je vois la photo d’une chick sous laquelle les likes se multiplient, ça me met en criss. Si la fille a la moitié de mon âge, je vire mad comme le Joker qui croise Batman en train de se taper Harley Quinn. Mes cheveux s’électrisent, gonflent, pis je passe près de me transformer en Super Sayen sur le divan. C’est pas Freezer que je tuerais, mais tous les mecs qui likent la photo d’une ado de 14 ans à la place du statut que j’ai mis une heure et quart à composer, à améliorer, à corriger en laissant une faute dedans pour que ça ait l’air désinvolte.

Je suis jaloux de Goudreault, de Larocque, de Dufresne, mais surtout de Goudreault. Car, pendant un moment, j’avais l’impression qu’on était à même la place, même si on l’était pas pantoute. Je suis jaloux parce qu’il est rendu là où je voudrais être. Je suis en beau fusil style AK-47 car j’ai la conviction qu’il mérite son succès. Pis la jalousie, c’est un sentiment de marde, pas autant que la honte, mais presque…j’ai honte d’être jaloux faque ça revient au même…

Je suis jaloux de mon coloc. J’ai l’impression qu’il a tout ce que j’ai pas, même quand c’est moi qui partage la bouffe que mes parents me donnent. Quand je suis en couple, je suis jaloux de sa liberté et célibataire, j’envie ses relations. Je suis jaloux de sa job quand il fait 40 000 par année et de son chômage quand il crisse rien à l’appart.

Je suis jaloux de mon cousin pis de sa job au gouvernement. J’envie sa stabilité et son compte Tinder, les fantasmes qu’il semble réaliser et que j’ai réalisés dans une autre vie. Je suis jaloux de mon cousin plus jeune, celui qui m’idolâtrait autrefois. Aujourd’hui, je le déteste d’être plus cool que moi. Je le vois avec sa gueule de fuck boy, ces quelques pouces en trop ; j’en crève de jalousie et de honte d’être jaloux plutôt que fier de lui.

Je suis jaloux de mon amie plus fame que moi alors que j’ai publié 10 livres. J’envie son glamour, son char, son appart et ses soirées de drogue intense qui n’ont aucun dommage apparent sur sa vie professionnelle, sociale et affective.

J’envie la fille qui va réviser ce texte parce qu’elle s’y connaît plus en français, en syntaxe, en grammaire et en tout ce qui a trait à l’écriture. Je l’envie parce qu’après ses commentaires, mon texte sera meilleur, ça va me faire chier de l’admettre, d’être jaloux et de l’écrire ici.

J’envie les acteurs de porn de faire autant de scènes bandantes, pis les barmans de faire autant drinks minute. Je suis jaloux de mes parents qui vont en vacances et de mon ami qui semble l’être depuis six mois. J’envie ma blonde, ses bonnes notes, son cash, ses privilèges, son avenir assuré pis j’ai peur de la bousiller si elle reste avec moi, j’ai peur de l’avoir déjà trop tachée.

Je suis un maudit jaloux frustré de vivre qui en veut à la planète entière. Pas toujours, mais parfois. Dans ces moments là, j’envie mon chien à qui on donne des ordres ; qui ne chie pas si on lui ouvre pas la porte. Il y a des soirs comme ça où je boirais une bouteille de whisky en une heure.

La meilleure, c’est que les gens me disent souvent qu’ils sont jaloux de moi, c’t’une roue. Elle tourne. Ils sont jaloux de mes conférences. Ils sont jaloux de mes publications et de mes entrevues télé. Ils envient ma relation avec ma blonde, mon coloc, mes cousins et mes parents. C’t’une roue. Elle tourne.

Une pierre qui roule et qui ramasse plein de mousse au passage.

Plus de blogs

Société Magique Futur

La SMF remercie la Fondation Metropolis bleu pour sa contribution spéciale à ce projet

Conception d’image : Josh Hutchinson

Samuel Bricault


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “Journal intime sur le web – Jalouse descente – 31/03/17

  • Mell

    Un blog honnête et vrai. Mais la jalousie, il faut en faire quelque chose de positif. Si je t’envie, c’est que tu es quelque part où je voudrais être. Alors je m’en sers pour me propulser moi-même là où je voudrais être. L’envie comme un tremplin, pourquoi pas?

  • Catberine

    Le gazon esy toujours plus vert sur l autre bord.
    J’usqu ‘au jour ou on ce rend compte que notre gazon est vert en cr!!!!
    Pis même là on n’ezt paa encore content..
    Cela s”appelle la.nature humaine..
    Bom blog.

  • Steve

    Je ressens parfois des émotions similaires…
    Et ironiquement, ce qui m’en sauve est trop souvent plus proche du nihilisme que du Bouddhisme.

    À quoi sert-il d’espérer une meilleure vie quand on considère que l’histoire de nos civilisations fait aussi peu de sens à l’échelle universelle?
    #ToDeepTonight #JmeLaPèteUnPeu #Jesors